• L'Inclinaison de Christopher Priest

    Dans l'Obs daté du 9 au 15 mars. Un article de David Caviglioli.

    « … Priest livre rarement la clé de ses romans. Chacun trouvera le sens qu'il souhaite à ce récit envoûtant, suivant son inclinaison. »

     

     

    GD

     


    votre commentaire
  • Un article d'Hubert Prolongeau :

    « Prenez une pincée de Shakespeare pour l'exacerbation des passions, quelques gouttes de Game of thrones pour les luttes dynastiques, un soupçon de Dallas pour les rivalités familiales, saupoudrez de pamphlet anticapitaliste, envoyez le tout sur la Lune, et vous aurez Luna... »

    gd

     


    votre commentaire
  • ... il programme des jeux vidéos.

    Kotori est dispo sur le Google Play Store.

    (https://play.google.com/store/apps/details?id=com.glutsoft.androidkotori).


    votre commentaire
  • La bibliothèque de Mount Char, Scott Hawkins

    (Ecrire une quatrième de couverture, un argumentaire commercial, peut être sacrément difficile. La preuve avec ce roman-puzzle où il faut en dire le moins possible, tout en donnant envie... Challenge !)

    //

      

    Carolyn, Margaret, Jennifer, Michael, David... Ils vivent à Garrison Oaks, en marge d'une Amérique rurale. Ils ne sont pas américains, mais bibliothécaires. Et chacun d'eux a une spécialité, un « catalogue ». Carolyn parle toutes les langues, Jennifer guérit et ressuscite, Margaret peut visiter le territoire des morts, Michael vit en symbiose avec le monde animal. Quant à celui qui a plus ou moins pris la place de Père – David – , il est l'esclave du meurtre.

    Les bibliothécaires sont en danger, menacés d'annihilation par cette puissance qu'ils appellent le Duc. Alors, ils se mettent à la recherche de Père : dans l'avenir, la mort, l'Amérique et ailleurs. Mais certains d'entre eux, comme Carolyn, doutent ; car ils se souviennent de la figure terrifiante qu'était Père.

     

    Souvent comparé aux œuvres d'Alan Moore et de Neil Gaiman, La bibliothèque de Mount Char décrit une quête hors-norme, celle d'une famille de dieux, pour le moins dysfonctionnelle.

    Scott Hawkins, né en 1969, est informaticien.

     

    « La plus originale, au point d'être géniale, des fantasy que j'ai jamais lues. » Nancy Kress, lauréate du prix Hugo.

     

    « Un fantasy contemporaine apocalyptique, épique et tentaculaire, d'une profondeur insoupçonnable. Impossible à lâcher. » Cory Doctorow, lauréat du prix Theodore Strurgeon.

     

    « La plus démente et terrifiante description d'une famille de dieux, et de leur père despotique, depuis La Genèse. » Charles Stross, lauréat du prix Hugo.

     

    Roman traduit de l'américain par Jean-Daniel Brèque

    (La couverture française sera réalisée par Aurélien Police.)

     


    1 commentaire
  • Mes vrais enfants

    Dans les lectures de Mariejuliet

    gd


    votre commentaire